posts dans la catégorie 'Non classé'


2018, dans un monde meilleur, avec optimisme et lucidité

2018, dans un monde meilleur,
avec optimisme et lucidité

Le monde s’améliore. Il reste des laissés-pour-compte, mais le monde s’améliore. Un optimisme s’impose, à condition que cet optimisme soit lucide. Les faits contredisent le pessimisme, non seulement parce que le pessimisme est dangereux, mais aussi parce que la réalité de ces 50 dernières années atteste de grands bonds en avant, depuis l’année charnière qu’est 1968 (aux 4 coins du Globe). Les recettes pour un monde encore meilleur sont connues. S’en inspirer et persévérer ne fera qu’augmenter notre enthousiasme.

N’hésitez pas si vous souhaitez plus de détails sur les infos et analyses présentées dans cet article radicalement optimiste et aussi lucide que possible !

 

Article complet (pdf) :

fichier pdf 1968_2018_1202,

 

Version web (intro seulement) :

 

Nous voilà dans un monde meilleur ! :-)

Ou alors moins mauvais ;-)

Bien sûr, nous ne vivons pas dans le meilleur des mondes, loin de là – le faudrait-il ? En revanche, nous vivons dans un monde qui s’améliore constamment !

Les accès à l’eau potable, à l’alimentation, aux soins et aux connaissances, entre autres, sont de mieux en mieux partagés. Il en résulte une augmentation nette de l’espérance de vie des êtres humains. En 2017, celle-ci a atteint 71 ans. Elle a donc augmenté de 20 ans depuis 1967 !

Les disparités sont encore fortes (59 ans pour un.e Africain.e contre 81 ans pour un.e Européen.ne), mais ces disparités sont en réduction : logiquement, ce sont les populations les plus en difficulté qui ont affiché les meilleures progressions.

La mortalité des enfants en bas âge (moins de cinq ans) a presque diminué de moitié depuis l’an 2000 (de 7,3 à 4,3%) ! Dans le même laps de temps, la sous-alimentation a reculé encore davantage (de 23,3% à 12,9%). La mortalité des mères à l’accouchement a diminué nettement plus encore.

Les grandes maladies sont de plus en plus circonscrites grâce au partage des médicaments et aux campagnes de prévention, l’information étant toujours la plus salvatrice des médecines.

L’alphabétisation et l’enseignement sont désormais au service de 9 enfants sur 10, en ce qui concerne le niveau primaire (91% en 2015, soit une augmentation de 8% en 25 ans). Il n’y a presque plus, globalement (!), de différence d’accès à l’école entre filles et garçons. Ceci laisse présager un cercle vertueux dans la lutte contre le sexisme et pour la démocratie, mais aussi bien d’autres progrès à venir, dans tous les domaines, génération après génération.

De plus, l’accès à l’enseignement pour les filles, associé à la réduction des inégalités liées au genre, est la cause principale de la diminution de la croissance démographique, diminution qui devrait donc se poursuivre, probablement jusqu’à stabilisation de la population mondiale, puis légère décroissance.

Enfin, il faut remarquer également, en ce début de siècle, une forte baisse du nombre de suicides (15%).

Nous pourrions continuer encore longtemps.

Tous ces progrès sont largement étudiés – par les Nations unies notamment mais par tant d’autres également – de sorte que les solutions et les recettes sont maintenant connues. Elles continueront donc d’être largement diffusées et, selon toute vraisemblance, elles continueront de porter leurs fruits.

Alors, pourquoi l’avenir nous fait-il peur ?

Et, tout d’abord, pourquoi pensons-nous que 2017 était une mauvaise année ?

(…)

Article complet : fichier pdf 1968_2018_1202

 

Un membre du collectif Mendiant(e)s d'Humanité affiche l'enthousiasme que génèrent les occupations collectives de bâtiments publics inoccupés.
Un membre du collectif Mendiant(e)s d’Humanité affiche l’enthousiasme que génèrent les occupations collectives de bâtiments publics inoccupés.

 

 

Leoncitadormilona |
Incroyables Comestibles Reg... |
EXEMPLE CONCRET de PSYCHOPA... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MIMBANGMISSI
| Desailespourlesgazelles17
| G GANG